HiStOiReS TbiLiSSiEnNeS
UN PARISIEN À TBILISSI :


Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Mes amis
Album photos

Mes albums

Derniers articles

MACHINE DE BRIQUES (Tbilissi) (nov..2013) (6 PHOTOS)
THIBAULT CAUVIN, GUITARISTE NOMADE (1) (nov. 2013) (3 PHOTOS)
THIBAULT CAUVIN, GUITARISTE NOMADE (2) (nov. 2013) (4 PHOTOS)
DIGHOUMI (poème) (17.11.2013) (2 PHOTOS)
LA KOURA (LE MTKVARI) (Dighoumi) (5.11.2013) (2 PHOTOS)
TBILISOBA (1) TBILISI EN FÊTE (4 au 6 octobre 2013) (13 PHOTOS)
TBILISOBA (2) TBILISI EN FÊTE (4 au 6 octobre 2013) (15 PHOTOS)
SON ET LUMIÈRE : FONTAINE DU PARC RIKÉ (Tbilisi) (Géorgie, 09/2013) (6 PHOTOS)

La carte des lieux visités



Rubriques

A1. LITTERATURE
A2. POEMES
B. HISTOIRE, POLITIQUE
C. GEOGRAPHIE
D1. THEATRE, DANSE
D2. MUSIQUE
D3. ARCHITECTURE, URBANISME
D4. PEINTURE, SCULPTURE
D5. CINEMA, PHOTO
E1. EGLISE ORTHODOXE
E2. AUTRES RELIGIONS
F. TRAVAIL

Sites favoris

http://georgia.uniterre.com
http://vagabonder.uniterre.com
http://inde.uniterre.com
http://inde2.uniterre.com
http://inde3.uniterre.com
http://nepalaises.uniterre.com

Newsletter

Saisissez votre adresse email

THIBAULT CAUVIN, GUITARISTE NOMADE (1) (nov. 2013) (3 PHOTOS)

 

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/4/42/Thibault_Cauvin.jpg/512px-Thibault_Cauvin.jpg?uselang=fr

 

Thibault Cauvin (2013, par SamC75, wikimedia commons).

 

 

 

 

 

THIBAULT CAUVIN

 

 

GUITARISTE NOMADE (1)

 

 

 

 

   

  

Thibault Cauvin en 2007.

 

 

 

 

"On demandait à Socrate d'où il était.

Il ne répondit pas : d'Athènes, mais : du monde".

(Michel de Montaigne).

 

 

 

 

1

 

 

CONCERT DE TBILISSI (13.11.2013)

 

 

 

Grande salle du Conservatoire national de Tbilissi.

Un jeune guitariste français, Thibault Cauvin, donne un concert d'une qualité musicale et inventive hors norme.

Avec son pantalon rayé, ses chaussures rouges, il se donne des airs d'Argentin des faubourgs de Buenos-Aires.

 

 

Mais son sourire, son sens de l'humour et son accent français, quand il s'exprime en anglais, effacent cette première impression.

Il présente chaque morceau.

Quand il s'apprête à jouer, il élève sa guitare comme le Saint-Sacrement.

 

 

Le programme est le suivant :

 

1. Trois sonates de Domenico Scarlatti (K1, K32, K149):

Transcrites pour la guitare par le concertiste parmi les 555 sonates pour clavecin de Scarlatti.

À deux ou trois reprises, je sens que la guitare manque de coffre pour rendre toutes les subtilités de cette musique baroque.

Mais l'interprétation est excellente.

 

 

2. Un morceau de Philippe Cauvin, père de Thibault, qui s'intitule "GuitarCity".

Présenté par le guitariste comme "une composition complètement folle".

Pour un musicien classique, ce météorite tombe de la planète Mars ! Une musique expérimentale réjouissante.

 

 

Amalgame étrange et déjanté de toutes les possibilités musicales des cordes, alternant avec des phases de percussion.

Cauvin aligne les notes désaccordées, frappe le manche comme la caisse, s'amuse avec virtuosité, de la paume comme des doigts, à tambouriner sur le fond, l'éclisse ou la table d'harmonie...

 

 

3. Deux standards de jazz internationaux :

- Jazz new-yorkais : "Take the A Train", de Billy Stayhorn et Duke Ellington.

- musique brésilienne : "Felicidade", de Roland Dyens.

 

 

4. Trois morceaux inspirés par les voyages du guitariste, en tournée dans le monde, portant le nom d'une ville :

 

- "Kyoto" : "A young Sprout" de Minoru Miki.

J'y suis peu sensible.

 

- "Calcutta" : "Raga du soir", de Sébastien Vachez.

  

J'aime ce morceau dont la guitare évoque le sitar, avec ses modulations extensibles, son ampleur sonore.

 

- "Istanbul" : "Koyunbaba", composé par l'Italien Carlo Domeniconi. Des trois, c'est mon morceau préféré, varié et assez long, très inventif.

On songe moins à la Turquie qu'à l'Andalousie !

 

 

Enthousiasmé par le concert, je quitte le conservatoire l'esprit en ébullition.

Décidé à mieux connaître ce phénomène.

 

 

 

Concert de Tbilissi (©Thibault Cauvin) (13.11.2013)

 

 

2

 

 

RENCONTRE AVEC LE GUITARISTE

 

 

 

Au lendemain du concert, rencontre avec Thibault Cauvin à l'Institut français de Tbilissi.

 

Les étudiantes en français de l'Institut remplissent la petite salle. Une poignée d'adultes apportent le ferment et le sel.

Un professeur de musique monopolise d'abord la parole.

Midinettes et intellos parviennent ensuite à s'exprimer.

 

 

Je suis frappé par la simplicité du musicien.

Il répond à chacun avec sincérité, même aux interrogations farfelues des jeunes filles en fleur.

En voulez-vous un échantillon ?

 

 

- "Quel âge avez-vous ?"

- "Avez-vous une fiancée ?"

- "Comment s'appelle votre fiancée ?"

- "Quel est votre numéro de téléphone ?", entre autres perles.

 

 

Sa patience me plaît, et sa bonne volonté, l'amabilité souriante avec laquelle il répond aux deux Miss.

 

 

 

3

 

 

APPRENTISSAGE EXPRESS

 

 

 

Depuis sa naissance (1984), Thibault Cauvin s'imprègne de toutes les musiques dans sa famille de musiciens bordelais.

À cinq ans, il commence à apprendre la guitare sous la direction de son père.

Dès lors, il ne lâche plus sa guitare, ou plutôt, ses guitares successives ne le lâcheront plus.

 

 

Il fait de solides et brillantes études au Conservatoire national de Bordeaux (médaille d'or).

Au Conservatoire national supérieur de Paris, il suit la classe d"olivier Chassaing. Il en sort diplômé avec les honneurs.

Parallèlement, Thibault est l'élève des plus grands professeurs, comme Alvaro Pierri, Judicaël Perroy,...

 

 

Son père Philippe Cauvin joue un rôle essentiel, comme professeur pendant de longues années.

C'est un musicien et compositeur, à l'aise dans les musiques populaires, le jazz et le rock, autant que dans une musique plus expérimentale.

 

Le frère de Thibault, Jordan, est guitariste de jazz.

 

 

Thibault bénéficie ainsi de deux univers : celui de la musique classique des conservatoires et celui des musiques jouées dans sa famille.

 

 

 

4

 

 

RAZZIA SUR LES CONCOURS

 

 

 

De 2000 à 2005, il participe à de nombreux concours internationaux.

Il en gagne treize, avant l'âge de 20 ans, palmarès encore inégalé pour un guitariste.

 

 

- Young Guitarist of the Year, Bath, Angleterre 2002.

- Fontainebleau, France 2003.

- Simone Salmoso, Viareggio, Italie 2003.

- Stotsenberg, Los Angeles, États-Unis, 2003.

- Alexandre Lagoya, Fort de France, Martinique 2003.

- Torrent, Valencia, Espagne 2004.

- Mottola, Italie 2004.

- Jose Tomas, Alicante Petrer, Espagne 2004.

- Velez-Malaga, Malaga, Espagne, 2004.

- Forum Gitarre Wien, Vienne, Autriche 2004.

- Sernancelhe, Portugal 2004.

- San Francisco, États-Unis 2004.

- Andrès Segovia, Linares, Espagne 2004.

 

 

Thibault l'Affamé collectionne aussi dans les concours : treize "2ème prix" et cinq "3ème prix"...

 

 

 

 

5

 

 

UNE GUITARE DE RÊVE

 

 

 

Il dispose d'une guitare spéciale fabriquée par un luthier d'exception, Jean-Luc Joie.

Ce Bordelais est un chercheur passionné, qui n'a cessé de fabriquer des guitares uniques, voulant venir à bout des faiblesses de cet instrument.

 

 

Celui de Thibault Cauvin jouit d'une accoustique très supérieure à celle des guitares habituelles.

Un système spécial amplifie le volume, les couleurs et le dynamisme de la guitare.

Elle lui permet de jouer dans des lieux peu propices, dans de vastes salles et d'être mieux entendu par les spectateurs.

 

 

 

LA SUITE dans :

 

21/11/2013: THIBAULT CAUVIN, GUITARISTE NOMADE (2) (nov. 2013) (3 PHOTOS)

 

 

 

Lionel Bonhouvrier.   

 

     



Publié à 18:10, le 22/11/2013 dans D2. MUSIQUE, Tbilissi
Mots clefs :
Page précédente
Page 2 sur 8